De l'Aleph à l'@ > Les Hommes/Peuples > Peuple > Xiongnu

Le peuple Xiongnu

Les Xiongnus étaient un peuple nomade de l'antiquité Chinoise vivant dans l'actuelle Mongolie, mais leur affiliation fait l'objet d'une controverse. Certains pensent qu'ils sont reliés aux Turcs ou Mongols, tandis que d'autres les voient comme apparentés aux peuples de langues Iénisséennes. Certains pensent que les Xiongnus et les Huns étaient un seul et même peuple. Toutefois, l'apparente ressemblance dans la prononciation en Chinois moderne ne doit pas faire oublier qu'en Chinois archaïque, la reconstruction la plus probable pour ce nom est *hmong na et que la ressemblance avec l'ethnonyme hun est contingente.

À la fin du IIIème siècle avant notre ère, ils semblent avoir été gouvernés par un homme que les Chinois appelaient Tóumàn. Les attaques qu'ils lancèrent contre la Chine motivèrent la construction de la Grande Muraille. Des linguistes ont proposé que ce nom propre était apparenté au Mongol tümen « dix mille » : ce serait à l'origine un titre millitaire (général d'une armée de 10 000 hommes) interprété comme un nom propre par les Chinois de l'époque.
Le successeur de Tóumàn, appelé Mòdú par les Chinois, créa un véritable empire. Il régna de -209 à -174, en portant un titre que les Chinois transcrivent par chengli gutu chanyu (en Chinois archaïque *thrang rri kka dda dar wa). Le mot tanrI en Turc et tngri en Mongol, est reconnaissable en *thrangrri. En revanche, le terme gutu, dont le texte Chinois nous apprend qu'il signifiait fils, ne semble être ni Turc, ni Mongol. Enfin, Chányú venant régulièrement de *dar wa en Chinois archaïque est peut-être apparenté titre militaire Mongol daruya (dérivé de la racine daru- « exercer une pression »).
Selon certains spécialistes, la langue des Xiongnu n'était probablement ni Turque, ni Mongole. Le seul texte dans cette langue a nous être parvenu est le Xiongnu Ge du Hou Hanshu. Selon un nombre croissant de chercheurs. Les essais les plus fructueux pour déchiffrer ce chant ont été réalisés avec les langues Iénisséennes telles que le Ket, dont on pense que l'étendue a été beaucoup plus importante que maintenant.

Mòdú et son successeur Laoshàng, qui régna jusque vers -161, attaquèrent les Yuezhi. Il s'agissait de Tokhariens qui avaient fondé le premier empire connu de l'Asie centrale. Les Xiongnu les chassèrent de leur territoire d'origine, l'ouest du Gansu. Ils en furent à leur tour délogés par les Chinois en -121.

L'empereur Wudi de la dynastie Han envoya l'ambassadeur Zhang Qian chez les Yuezhi réfugiés en Bactriane pour obtenir leur alliance contre les Xiongnu. Comme Zhang Qian devait traverser le territoire des Xiongnu, il fut capturé par eux et il resta dix ans prisonnier. Il s'échappa et arriva chez les Yuezhi vers -128, mais il échoua dans sa mission diplomatique. Sur le chemin du retour, il fut de nouveau capturé. Il ne resta prisonnier qu'un an, puis il revint en Chine.
En -48, quelques tribus se révoltèrent contre le chanyu et firent soumission aux Chinois. Ceux-ci les installèrent à titre de fédérés dans l'actuelle Mongolie intérieure. Dès lors, les Xiongnu commencèrent à devenir moins redoutables pour les Chinois. En 89 et 90, ils effectuèrent encore quelques incursions en Chine, mais les troupes impériales les repoussèrent. Ils furent écrasés en 91 ; le chanyu s'enfuit et toute sa famille fut capturée et emmenée en Chine.
En 155, un chef du peuple des Xianbei, appelé Tanshihuai par les Chinois ; fonda en Mongolie un puissant État, et 100 000 familles Xiongnu se rallièrent à lui. Les Xianbei fondèrent par la suite la dynastie Wei du Nord qui conquit pendant plus d'un siècle l'ensemble de la Chine du Nord.


Logo de la date de modification 26/05/2021 Logo du nombre de vues 2 310 vues

Bookmark and Share


Ce peuple/homme utilise la langue suivante :
  Xiongnu


Cet élément est cité dans l'article suivant :

Les Hommes/Peuples Les Hommes/Peuples : Le peuple Xianbei


Cliquez ici pour envoyer un messageVous en savez plus !
Si vous avez d'autres informations, des corrections à apporter à cette page, n'hésitez pas !
Cliquez ici, et envoyez moi vos informations.

La page Facebook du site :
Page FaceBook du site De l'Aleph à l'@

La page Twitter du site :
Suivre le site De l'Aleph à l'@ sur Twitter

CSS Valide !