De l'Aleph à l'@ > Les Hommes/Peuples > Peuple > Carthaginois

Le peuple Carthaginois

Peuple issu de la ville de Carthage, grande cité de l'Antiquité, sur la côte nord de l'Afrique, près de la ville actuelle de Tunis.
La légende fait de Didon la fondatrice de Carthage en 814 avant JC ; la cité fut de fait un des nombreux comptoirs installés en Méditerranée vers la fin du IXème siècle avant JC par les Phéniciens et les vestiges les plus anciens mis au jour par les archéologues datent de 800 avant JC. Les colons appelèrent leur ville nouvelle cité (Gart Hadasht, d'où Carthage), probablement pour la distinguer d'Utique, la cité ancienne. Édifiée sur une presqu'île s'avançant dans le golfe de Tunis, Carthage possédait deux splendides ports, reliés par un canal. Dominant les ports se dressait, sur une colline, la citadelle de Byrsa.

L'empire Carthaginois :
Malgré plusieurs destructions, des vestiges de la cité antique de Carthage ont été mis au jour au XIXème et au XXème siècle, témoignant de l'art Punique, Romain, Byzantin et Vandale.
Au VIème siècle avant JC, Carthage avait soumis les tribus de Libye et annexé des colonies Phéniciennes plus anciennes, ce qui lui permit de contrôler l'ensemble du littoral de l'Afrique du Nord de l'océan Atlantique jusqu'à la frontière occidentale de l'Égypte, ainsi que la Sardaigne, Malte, les îles Baléares et une partie de la Sicile. Au Vème siècle avant JC, l'amiral Carthaginois Hannon entreprit un périple le long du littoral atlantique de l'Afrique du Nord. La puissance maritime des Carthaginois leur permit d'étendre leurs établissements et leurs conquêtes, formant un empire de comptoirs exclusivement consacrés au commerce et disséminés sur les côtes occidentales de la Méditerranée (Sicile, Corse, Espagne). Au nombre de leurs activités économiques, on compte l'exploitation des mines d'argent et de plomb, la mise en culture de l'arrière-pays Tunisien, une industrie du bois de construction venant des montagnes de l'Atlas, la fabrication de lits et de literie, la production de poterie, bijouterie et verrerie simples et bon marché, ainsi que l'exportation d'animaux sauvages, de fruits, de noix, d'ivoire et d'or provenant des jungles d'Afrique.
La plupart des œuvres d'art de cette première période imitent l'art Égyptien, Grec et Phénicien. La littérature se limite à quelques ouvrages techniques. Pour cette raison, on connaît mal la vie quotidienne, le gouvernement ou la langue des premiers temps de Carthage. La religion comportait des sacrifices humains offerts aux divinités principales, Baal et Tanit (correspondant à la déesse Phénicienne Astarté). Les cultes associés aux déesses Grecques Déméter et Perséphone, et à la déesse Romaine Junon, furent adaptés pour se conformer aux pratiques religieuses des Carthaginois.
Carthage se battit pratiquement sans interruption contre la Grèce et Rome durant cent cinquante ans. Les guerres contre la Grèce, commencées en 490 avant JC, concernaient le contrôle de la Sicile, qui se trouve à environ 160 km au nord de Carthage et formait une passerelle naturelle entre l'Afrique du Nord et l'Italie. Carthage connut dans un premier temps la défaite en Sicile en 480 avant JC, lorsque les troupes Carthaginoises commandées par le général Hamilcar furent battues par Gélon, tyran de Gela et de Syracuse. Les tentatives ultérieures des Carthaginois pour s'emparer de la Sicile furent mises en échec par les armées commandées par les tyrans de Syracuse (Denys le Jeune, Denys l'Ancien, Agathocle) et par Pyrrhus, le roi d'Épire. Même après leur défaite finale en 276 avant JC, les Carthaginois conservèrent des possessions en Sicile. Douze ans plus tard, la première guerre punique contre Rome éclatait.

Les guerres puniques :
La première guerre punique (264-241 avant JC) mit en avant le général Carthaginois Hamilcar Barca. Battu en Sicile, Hamilcar envahit l'Espagne. Ses conquêtes en Espagne méridionale furent poursuivies par son gendre Hasdrubal et son fils Hannibal. Carthage dut céder à Rome ses possessions en Sicile après la victoire Romaine des îles Égades (241 avant JC). Cette victoire fut la première manifestation de Rome comme puissance navale.
Au cours de la deuxième guerre punique (218-201 avant JC), Hannibal partit d'Espagne, longea le littoral nord de la Méditerranée en direction de l'est, franchit les Alpes et entra en Italie. La victoire de Cannes (216 avant JC) entraîna la chute de Tarente et de Syracuse. Mais, seul depuis la mort d'Hasrubal, Hannibal ne put assiéger Rome. L'armée Romaine commandée par Scipion s'empara alors des territoires espagnols et gagna l'Afrique. Hannibal dut quitter l'Italie et fut écrasé à Zama en 202.
Durant la troisième guerre punique (149-146 avant JC), les Romains menés par Scipion l'Africain le Jeune rasèrent la cité de Carthage, exauçant le vœu du vieil homme politique Romain Caton l'Ancien.
Il fut interdit d'occuper le site durant vingt-cinq ans. En 122 avant JC/A>, une nouvelle cité, Colonia Junonia, fut édifiée mais ne dura que trente ans. En 46 avant JC, Jules César visita le site et déclara qu'une ville devait y être construite. Son souhait fut exaucé par l'empereur Auguste qui fonda Colonia Julia Carthago en 29 avant JC. La nouvelle cité devint le plus grand centre administratif après Rome. Très riche, Carthage s'imposa également comme un haut-lieu du christianisme et obtint son propre évêque dès la fin du IIème siècle. Plusieurs grandes figures des premiers temps de l'église sont associées à Carthage, dont saint Cyprien qui en fut l'évêque en 248, Tertullien, écrivain chrétien qui y vécut au IIIème siècle et saint Augustin, qui était évêque de la cité voisine d'Hippone au début du Vème siècle.
Carthage reçut des fortifications pour se protéger des attaques des barbares en 425. En 439, le roi des Vandales Genséric occupa la ville et en fit sa capitale. En 533, le général Byzantin Bélisaire chassa les Vandales et rebaptisa la ville Colonia Justiniana Carthago en l'honneur de l'empereur Byzantin Justinien Ier. Carthage fit partie de l'Empire Byzantin jusqu'en 697, lorsqu'elle fut prise par les Arabes qui la détruisirent à nouveau. À la fin du XIXème siècle et tout au long du XXème siècle, Carthage a fait l'objet d'intenses campagnes de fouilles archéologiques. Elles ont permis de mettre au jour les premières œuvres de l'art Punique et des édifices Romains, Byzantins et Vandales qui comprennent des sols en mosaïque des IIIème et IVème siècles après JC parmi les mieux conservés et les plus somptueux de leur temps. Les produits de ces fouilles sont aujourd'hui exposés au Musée national de Carthage (Carthage est un riche faubourg de Tunis), et notamment dans la galerie des fouilles de Byrsa, inaugurée en mai 1996.


Logo de la date de modification 06/06/2021 Logo du nombre de vues 1 889 vues

Bookmark and Share


Ce peuple/homme utilise l'écriture suivante :
  Punique

Ce peuple/homme utilise la langue suivante :
  Carthaginois


Cet élément est cité dans les 15 articles suivants :

Les Ecritures : L'écriture Néo-Punique : Généralités, L'écriture Punique : Généralités

Les Langues : Langue Phénicienne : Généralités

Les Hommes/Peuples : Hamilcar Barca, Hannibal, Le peuple Étrusque, Le peuple Guanches, Le peuple Maure, Le peuple Phénicien, Le peuple Romain, Le roi Agathocle, Le roi Alexandre le Grand, Ptolémée II Philadelphe, Pyrrhus, Scipion l'Africain


Cliquez ici pour envoyer un messageVous en savez plus !
Si vous avez d'autres informations, des corrections à apporter à cette page, n'hésitez pas !
Cliquez ici, et envoyez moi vos informations.

La page Facebook du site :
Page FaceBook du site De l'Aleph à l'@

La page Twitter du site :
Suivre le site De l'Aleph à l'@ sur Twitter

CSS Valide !