De l'Aleph à l'@ > Les Hommes/Peuples > Peuple > Chan

Le peuple Chan

Peuple minoritaire de Birmanie, dont le véritable pays est le plateau Chan (de 500 à 1 500 m d'altitude), situé entre le Yunnan et la Thaïlande, et traversé du nord au sud par la profonde vallée de la Salouen. Mais on trouve également des Chan sur le territoire Kachin, ainsi que dans la province Chinoise du Yunnan et au nord de la Thaïlande. En Birmanie, la population totale des Chan atteignait 3 780 000 habitants (estimation de 1993). C'est au XIIIème siècle que l'on situe l'arrivée massive des Thai chassés du Yunnan dans les hautes vallées de la Birmanie et l'établissement des premiers royaumes Chan. Leur langue fait partie de la famille linguistique Thai, d'une relative unité, et se subdivise en différents dialectes selon les emprunts (Birman, Pâli) qu'elle a faits au cours de son histoire. L'économie du pays Chan, comme celle de l'ensemble de la Birmanie, repose sur la riziculture. Les champs sont établis dans les plaines et vallées aménagées en terrasses le long des pentes ou parcourues de canaux d'irrigation. Les cultures du thé et du café, pratiquées sur brûlis à l'est de Loï-Ling, celles de l'arachide, du maïs et d'arbres fruitiers complètent leurs activités agricoles. Chez les Chan Intha, la pêche dans le lac Inle est aussi une ressource importante ; la production d'opium demeure très marginale depuis son interdiction en 1923. Sur le plan du commerce, les Chan n'occupent pas une place très importante. Les marchands font un ou deux grands voyages, chaque année, limités essentiellement au territoire Chan et à la haute Birmanie. L'artisanat est une spécialité de certaines localités : ainsi le travail de la laque dans l'État de Kengtung, la poterie dans celui de Mongkung, la sculpture à Maukmaï.

Les relations avec les peuples voisins ne sont pas toujours pacifiques : des conflits armés se sont déroulés dans le passé avec les Chingpaw de Kachin et les rapports demeurent tendus. La cohabitation avec les Birmans s'est surtout faite le long des routes les plus importantes et l'influence Chan reste prépondérante. Les relations Chan-Chinois sont très suivies : de nombreux artisans Chinois descendent l'hiver dans la ville de Nam-Kam et retournent au Yunnan dès le début de la saison chaude ; les Chan du Nord passent fréquemment en Chine et deviennent marchands, ou trafiquants de pierres précieuses. En 1948, avec l'indépendance de la Birmanie et la création de l'État Chan, l'autorité des féodaux locaux (sawbwar) est supprimée et un ministre du gouvernement Birman les remplace. Depuis lors, les Chan, comme d'autres minorités, n'ont cessé d'être en rébellion contre le gouvernement Birman. Les insurgés tirent leurs ressources du trafic de l'opium dont l'État Chan, situé dans le Triangle d'or, est producteur. Le plus puissant chef de guerre Chan est Khun Sa, qui contrôle la zone limitrophe du Laos et de la Thaïlande. Son armée, la Shan United Army, regroupait en 1993 8 000 hommes environ, dont un grand nombre d'enfants.


Logo de la date de modification 05/06/2021 Logo du nombre de vues 2 482 vues

Bookmark and Share


Cliquez ici pour envoyer un messageVous en savez plus !
Si vous avez d'autres informations, des corrections à apporter à cette page, n'hésitez pas !
Cliquez ici, et envoyez moi vos informations.

La page Facebook du site :
Page FaceBook du site De l'Aleph à l'@

La page Twitter du site :
Suivre le site De l'Aleph à l'@ sur Twitter

CSS Valide !