De l'Aleph à l'@ > Le Glossaire > Non-classé > Codex

Codex

Malgré ces défauts, mauvaise résistance au pliage et dégradation à l'humidité, le papyrus resta le support privilégié de l'écriture durant toute l'antiquité. Cependant la légende rapporte dans les écrits des auteurs antiques qu'au IIème siècle avant JC, le souverain égyptien Ptolémée V aurait interdit l'exportation de papyrus vers Pergame (dans l'actuelle Turquie) car la bibliothèque de cette ville rivalisait avec celle d'Alexandrie. Cela aurait favorisé l'apparition d'un nouveau support pour l'écriture : le parchemin, nom venant du Latin «pergamena» ou de pergame.
L'usage du parchemin découpé en feuilles va permettre la création du Codex, livre tel qu'il se présente de nos jours. Le Codex est composé de feuilles pliées, assemblées en cahier cousus ensemble. Il fait apparaître la notion de page comme un espace séparé, autonome et discontinu. Introduit au IIème siècle après JC en occident, il fût adopté principalement par les premiers chrétiens. Ainsi une religion à vocation universelle rompait avec les formes culturelles établies et lançait un vaste mouvement de diffusion des textes sacrés. Mais son adoption ne se généralisa réellement qu'au début du IVème siècle dans l'Occident Romain et au Vème siècle dans l'Empire Byzantin, lorsqu'il se libéra complètement de l'organisation du rouleau en devenant plus étroit et plus haut. Les critiques de l'époque trouvaient que ce nouveau support de l'écrit était léger et portatif mais ne représentait pas le sérieux du Volumen.
Le Codex autorise un maniement plus aisé du texte, des annotations personnelles manuscrites dans les marges. Des signes visibles, les réclames, rappellent l'ordre des cahiers, tandis que la foliotation indique la succession des feuillets. Ces dispositifs de repérage facilitent l'accès aux différents chapitres du texte, car ils servent d'appui aux index et aux tables. L'importance primordiale du Codex a été pour notre civilisation de permettre une lecture sélective et non plus continue. L'adoption de cette lecture sélective et silencieuse, grâce à l'introduction d'une séparation entre les mots va permettre une lecture plus rapide et aura un impact décisif sur la formation de la pensée critique.
Au cours des siècles qui suivirent, l'écrit n'a plus seulement une fonction de conservation et de mémorisation mais est copié à des fins de lecture et de travail intellectuel. Au modèle monastique succède le modèle scolastique des écoles et des universités (XIIème siècle). Cependant le coût de fabrication d'un livre en parchemin est très élevé. Une quinzaine de peaux d'animaux sont nécessaires à la réalisation d'un seul livre.
Voir Les supports de l'écriture


Logo de la date de modification 06/06/2021 Logo du nombre de vues 1 023 vues

Bookmark and Share


Cet élément est cité dans les 10 articles suivants :

Les Ecritures : L'écriture Copte : Les exemples, L'écriture Gothique : Les exemples, L'écriture Maya : Généralités

Les Langues : Langue Gothique : Généralités

Les Hommes/Peuples : Aztèques, Le peuple Chichimèque, Le peuple Mixtèque

L'Imprimerie : Papier d'amate

Le Glossaire : Paléographie, Volumen


Cliquez ici pour envoyer un messageVous en savez plus !
Si vous avez d'autres informations, des corrections à apporter à cette page, n'hésitez pas !
Cliquez ici, et envoyez moi vos informations.

La page Facebook du site :
Page FaceBook du site De l'Aleph à l'@

La page Twitter du site :
Suivre le site De l'Aleph à l'@ sur Twitter

CSS Valide !