De l'Aleph à l'@ > Les Langues > Agglutinante > Yiddish

Langue Yiddish : Généralités

Principale langue vernaculaire des Juifs ashkénazes, originaires d'Europe centrale ou de l'Est.
Appartenant à la famille des langues Germaniques, où il occupe une position marginale, le Yiddish utilise, avec des particularismes, les caractères Hébraïque.
Le Yiddish (qui signifie «Juif») est apparu entre le IXème et le XIIème siècle dans l'Allemagne du Sud-Ouest comme une adaptation du moyen haut-Allemand aux besoins particuliers des Juifs.
Aux mots Allemands originaux s'ajoutèrent d'abord les mots Hébreux relatifs à la vie religieuse. Par la suite, les déplacements de la communauté juive d'Europe mirent le Yiddish en contact avec les langues Slaves dont il subit profondément l'influence.
Le vocabulaire Yiddish utilisé aujourd'hui en Europe de l'Est se compose d'environ 85 % d'Allemand, de 10 % d'Hébreux et de 5 % de langues Slaves. On trouve également des traces de Roumain et de Français.
Le Yiddish a en outre assimilé beaucoup d'expressions et de mots Anglais qui sont devenus partie intégrante de la langue telle qu'elle est parlée aux États-Unis et dans les pays Anglo-Saxons.
En dehors des questions de vocabulaire, la différence entre le Yiddish et l'Allemand moderne est essentiellement marquée par la simplification des désinences et de la syntaxe, par l'acquisition par le Yiddish de quelques traits grammaticaux d'origine Slave et par une prononciation plus relâchée des mots Allemands.
La prononciation du Yiddish, elle aussi, a été fortement influencée par les langues Slaves. Pour la formation des mots et l'usage des verbes auxiliaires, le Yiddish est semblable à l'Anglais, qui est également une langue Germanique avec une grammaire simplifiée et un vocabulaire enrichi d'apports divers.
Le Yiddish se compose de deux groupes de dialectes, dont l'un peut, à son tour, être subdivisé.
Le dialecte de l'Ouest a un nombre limité de locuteurs qui se concentrent dans les régions germanophones de l'Europe de l'Ouest.
Le groupe de l'Est est plus largement répandu et il se compose d'un rameau Nord-Est et d'un rameau Sud. Le rameau Nord-Est comprend le Yiddish parlé dans les pays baltes et les régions du nord-ouest de la Russie ainsi que par les immigrants juifs provenant de ces régions. Le rameau Sud — qui comprend des sous-groupes — intègre les dialectes parlés en Pologne, en Roumanie et en Ukraine.
Le Yiddish est une langue très souple, dotée d'une grande faculté d'assimilation. Riche en expressions idiomatiques, le Yiddish est remarquable par sa spontanéité, sa concision et son mordant. Dans la mesure où il était parlé par des gens du peuple plutôt que par des personnes cultivées, le vocabulaire est pauvre en abstractions. De même, peu de termes décrivent la nature que les Juifs de l'Europe de l'Est connaissaient mal, alors qu'on trouve un grand nombre de mots et d'expressions qui s'appliquent à la description des caractères et des relations entre les individus. Le Yiddish fait un large usage des diminutifs, des termes d'affection et il a souvent recours à diverses formes d'interjections. Par ailleurs, l'emploi d'expressions proverbiales est extrêmement développé.
On estime qu'au début du XXème siècle, le Yiddish était parlé par 11 millions de personnes vivant essentiellement en Europe de l'Est et aux États-Unis. Il ne reste aujourd'hui que 4 millions de locuteurs. Outre le génocide des Juifs, commis par les nazis pendant la Seconde Guerre mondiale, qui en emporta plus de la moitié, l'adaptation des Juifs aux langues dominantes aux États-Unis et en Russie soviétique explique en grande partie le déclin de l'usage du Yiddish. En 1984, toutefois, un dictionnaire Russe-Yiddish contenant des essais sur l'étymologie et la grammaire a été publié en URSS. Depuis cette date, quelques romans ont été écrits en Yiddish par des Juifs Russes. En Israël, l'Hébreux reste la langue prédominante et le Yiddish est une langue seconde, parlée surtout par des personnes de l'ancienne génération qui ont leurs racines en Europe de l'Est. Seuls quelques poètes israéliens modernes écrivent en Yiddish. Afin d'assurer la préservation de la langue, l'Université hébraïque de Jérusalem enseigne le Yiddish, ainsi que certaines écoles et universités Américaines. L'institut YIVO de Recherches juives, qui fut fondé en Pologne au début du siècle avant d'être transféré à New York en 1940, propose l'étude du développement du Yiddish. Ce programme s'intègre au projet de conservation de l'histoire du shtetl, ce terme désignant le village et la culture en Europe de l'Est.


Exemple
Traduction

In the beginning God created heaven and earth. The earth was formless and empty, and darkness covered the deep water. The spirit of God was hovering over the water. Then God said, 'Let there be light!' So there was light. God saw the light was good. So God separated the light from the darkness. God named the light 'day', and the darkness he named 'night'. There was evening, then morning, the first day. Then God said, 'Let there be a horizon in the middle of the water in order to separate the water'. So God made the horizon and separated the water above and below the horizon. And so it was. God named what was above the horizon 'sky'. There was evening, then morning, a second day.


Logo de la date de modification 02/05/2021 Logo du nombre de vues 58 vues

Bookmark and Share


Cette langue est transcrite avec l'écriture suivante :
Les Ecritures : Hébraïque


Cet élément est cité dans les 4 articles suivants :

Les Langues : L'écriture Hébraïque : Généralités, Langue Hébreu, Langue Judéo-Espagnol, Langues Germaniques


Cliquez ici pour envoyer un messageVous en savez plus !
Si vous avez d'autres informations, des corrections à apporter à cette page, n'hésitez pas !
Cliquez ici, et envoyez moi vos informations.

La page Facebook du site :
Page FaceBook du site De l'Aleph à l'@

La page Twitter du site :
Suivre le site De l'Aleph à l'@ sur Twitter

CSS Valide !