De l'Aleph à l'@ > Les Hommes/Peuples > Homme/Femme > Gengis Khan

Gengis Khan

Gengis Khan (vers 1167-1227), nom de règne de Temüjin, conquérant Mongol, qui a fondé, à la tête d'armées de nomades, un immense empire allant des confins orientaux de la Chine à la mer Caspienne.

La fondation de l'état Mongol :
Gengis Khan est né près du lac Baïkal (actuellement, Russie). Il est le fils de Yesugei Ba'atur, qui aurait été chef d'une puissante tribu du sud de la Mongolie. Orphelin jeune, Temüjin se met vers l'âge de quinze ans au service de Toghril Khan, chef des Kereïts. Faisant montre d'un génie militaire précoce, il vainc les Naïmans, les Merkits et les Tatars, ralliant des clans entiers, qui le choisissent comme souverain. Il se retourne alors contre le chef d'une coalition de tribus qui lui sont hostiles, Jamuqa, et contre Toghril Khan, s'empare du pays Kereït en 1203, et fait exécuter Jamuqa en 1205. En 1206, Temüjin s'est rendu maître de presque toute la Mongolie. Cette même année, au cours d'une diète réunissant les chefs de toutes les tribus, il se fait proclamer Gengis Khan (du Chinois chêng-sze, «guerrier précieux» ; et du Turc khan, «seigneur»), chef des tribus Mongoles et Tatares unifiées, fonde l'État Mongol et choisit pour capitale la ville de Karakorom.

Une stratégie de conquête intrépide :
Le khan entame alors la conquête des royaumes sédentaires voisins de son empire, à commencer par la Chine du Nord, cherchant à «faire paître ses chevaux sur les plaines fertiles chinoises». En 1209, il soumet les Xi-Xia du Gansu et, en 1211, s'attaque, au sud et à l'ouest, à une région dominée par la dynastie Jin (ou Tsin) des Djurchets (1115-1234). Il doit alors adapter sa stratégie et s'exercer à la guerre de siège. Il ne s'arrête pas avant d'avoir atteint la péninsule de Shantung. En 1215, ses armées s'emparent de Yenking (aujourd'hui Pékin), la dernière place forte des Jin et leur principale capitale, qu'elles pillent un mois durant. En 1218, la péninsule Coréenne tombe aux mains des Mongols.
En 1217, Gengis Khan dispose d'un corps d'artillerie Chinoise suffisant pour venir à bout de places fortes moins bien organisées et armées que celles de Chine. Aussi confie-t-il à l'un de ses fidèles, Muqali, la poursuite de la conquête de la Chine, lui-même se consacrant dorénavant à celle des régions de l'Ouest.
En 1219, prenant prétexte de l'assassinat d'envoyés de son empire — en fait une poignée de marchands musulmans faisant office d'agents de liaison —, il envahit Khorezm, un vaste empire Turc qui comprend les actuels territoires de l'Iran et de l'Irak, ainsi qu'une partie du Turkestan occidental. Pillant et massacrant, il s'infiltre au Turkestan et ravage à la tête de ses armées les villes d'Otrar (1219), de Boukhara, de Samarkand (1220) et d'Urgenc (1221), fondant ainsi sa réputation d'extrême férocité. Dans ce qui est aujourd'hui le nord de l'Inde et le Pakistan, les Mongols conquièrent les villes de Peshawar et de Lahore et les campagnes avoisinantes. Dans le même temps, ses généraux Djebe et Subutaï organisent en 1222, autour de la mer Caspienne, une vaste expédition. Ils mettent à feu et à sang la région qui s'étend de la Volga au Dniepr, et du golfe Persique à l'océan Arctique.
En 1226, Gengis Khan repart vers le sud pour mater une révolte des Xi-Xia, mais il meurt en 1227, probablement des suites d'une chute de cheval.
La grandeur du khan comme chef militaire, confirmée par ses conquêtes, repose sur l'excellente organisation, discipline et maniabilité de ses armées, constituées de cavaliers intrépides, endurants et habiles archers. Le chef Mongol est de surcroît un dirigeant avisé, qui sait s'entourer de lettrés bouddhistes et nestoriens pour mettre sur pied son gouvernement et son administration ; son empire est si bien organisé que, dit-on, un voyageur peut aller d'un bout à l'autre sans craindre un seul danger. Toutefois, il fait preuve d'une sauvagerie sans limites envers ses rivaux et ennemis, usant du massacre comme d'une arme ordinaire de conquête. À sa mort, le 18 août 1227, l'Empire Mongol est divisé entre ses trois fils. L'influence des invasions de Gengis Khan s'est fait sentir bien au-delà de sa mort. Si celles-ci ont porté un coup certain aux civilisations Chinoise et islamique, elles ont bénéficié aux Turco-Mongols et ont contribué à l'unification de l'Asie.


Logo de la date de modification 03/06/2021 Logo du nombre de vues 1 434 vues

Bookmark and Share


Cet élément est cité dans les 13 articles suivants :

Les Ecritures : L'écriture Ouïgour : Généralités

Les Langues : Langue Tangoute

Les Hommes/Peuples : Babur, Khubilai Khan, La dynastie Song, La dynastie Yuan, Le peuple Dongxiang, Le peuple Mongol, Le peuple Ossète, Le peuple Ouzbek, Le peuple Qiang, Le peuple Tatar, Tamerlan


Cliquez ici pour envoyer un messageVous en savez plus !
Si vous avez d'autres informations, des corrections à apporter à cette page, n'hésitez pas !
Cliquez ici, et envoyez moi vos informations.

La page Facebook du site :
Page FaceBook du site De l'Aleph à l'@

La page Twitter du site :
Suivre le site De l'Aleph à l'@ sur Twitter

CSS Valide !