De l'Aleph à l'@ > Les Hommes/Peuples > Peuple > Guti

Le peuple Guti

Peuple montagnard du Zagros. Le territoire qu'il occupait, vers le nord du Luristan, dans les hautes vallées de la Diyala et de la Khéka, est appelé Gutium.
Ces montagnards éleveurs de bétail effectuaient des raids de pillage dans la vallée des deux fleuves lors des derniers siècles du IIIème millénaire. C'est ce qui semble justifier l'expression utilisée à leur propos dans la LRS de «horde Guti». Dans la «Malédiction d'Akkad», les Guti sont présentés comme un peuple insoumis et le Gutium comme «le pays [dont le peuple] est innombrable, le pays qui ne peut souffrir de domination». Ce sont sans doute ces descentes ravageuses, qui n'eurent qu'un temps, qui imposèrent une image négative des Guti aux sédentaires du Sumer. Shar-kali-sharrî, aux alentours de -2200 conduisit une expédition militaire contre le Gutium au cours de laquelle il captura leur roi Sharlak. Mais déjà des Guti étaient intégrés dans les armées Akkadiennes. Ce sont eux qu'on rend responsables de l'installation d'une période d'anarchie après la mort de Shar-kali-sharri, vers -2193 : «Innombrables comme des sauterelles, ils fondirent sur le sol. Leur bras enserra la plaine pour lui (Enlil, qui les aurait envoyés en punition) comme un piège pour le bétail. Rien n'échappait à leur bras, nul ne se sauvait de leur bras». Ont-ils, en déferlant de leurs montagnes, mis à «feu et à sang» tout le pays de Sumer ? Dominèrent-ils plus ou moins longtemps les grandes cités de Sumer et Akkad, Umma, Adab, Larsa, Lagash, Kish, Ur ? La question reste obscure.
Jean-Jacques Glassner, qui énumère les diverses hypothèses proposées par les assyriologues, rappelle que, cependant, l'archéologie ne marque aucune rupture, aucune trace de destructions massives entre la période d'Akkad et celles qui suivent aussi bien sous les princes de Lagash que sous les rois de la troisième dynastie d'Ur. C'est cependant à eux qu'il faut faire crédit de la fin de la domination d'Akkad. Le site de la capitale de l'empire n'ayant pas été retrouvé, il est bien possible que ce soit cette seule cité qui ait été mise à sac, ce dont la «Malédiction d'Akkad» semble avoir conservé l'écho. Et la chute de la dynastie de Sargon a libéré les cités tributaires, de sorte qu'il n'y a plus eu de pouvoir central modérateur. La LRS, qui note la chute du fils de Narâm-Sîn après un règne de 25 ans, demande ensuite : «Qui était roi ? Qui n'était pas roi ?».Et son auteur pose la question de savoir si c'était Igigi, Nanum, Imi, Élulu..., énumérant 1 rois qui auraient régné 181 ans. Ce n'est qu'après un retour à une monarchie unifiée avec Ur-nigin(ak) d'Uruk et ses quatre successeurs, sur un espace de 30 ans, que la royauté, nous apprend la LRS, passa «à la horde du Gutium» ; et l'auteur donne une liste de 21 rois qui auraient régné en tout 91 ans et 40 jours. Ces rois Guti s'«akkadisèrent», sans qu'on puisse réellement les situer aussi bien chronologiquement que géographiquement. Il semblerait que leur autorité ne se soit exercée que sur la région drainée par la Diyala, car on sait que la cité d'Akkad se releva bientôt de ses ruines, Si tant est qu'elle ait été ruinée, et que des rois Akkadiens continuèrent la lignée de Sargon, tandis que prospéraient sous leurs ensi des villes comme Ur, Lagash et Uruk. Il est possible que l'un des rois donnés comme ayant régné sur Akkad pendant la période d'anarchie, Élulu, soit le même que le roi Guti cité dans la liste de LRS, Élulumesh, comme l'ont suggéré Jacobsen et Jean Bottéro. C'est finalement un roi d'Uruk, selon la Liste Royale Sumérienne, Utu-hégal, qui «battit avec les armes» la horde de Gutium, vers -2120 : «Gutium, le dragon des montagnes, l'ennemi des dieux, qui la royauté de Sumer dans les montagnes avait emporté, qui Sumer d'hostilité avait rempli, qui à l'époux son épouse avait ravi, qui aux parents leurs enfants avait ravi [...] Enlil, le roi des contrées, de détruire jusqu'à son nom à Utuhégal, le mâle fort, le roi d'Uruk [...] donna mission».
Les Guti ne disparaissent pas pour autant. Ce sont eux qui sont encore évoqués comme prédateurs dans la «Lamentation sur la destruction de Sumer et d'Ur», et, dans les imprécations finales, il est demandé que la tornade qui a ravagé Sumer afflige la terre ennemie du Gutium. Le nom du Gutium va se perpétuer à travers les siècles, si bien que, dans la Chronique de Nabonide il est question de Gobryas (Ugbaru), gouverneur du Gutium, qui prit Babylone avec l'armée de Cyrus. Une inscription Babylonienne relative à ce même Cyrus déclare qu'il soumit les hordes Manda (les Mèdes), le pays Guti.


Logo de la date de modification 06/06/2021 Logo du nombre de vues 241 vues Babylone

Bookmark and Share


Cet élément est cité dans les 3 articles suivants :

Les Hommes/Peuples : Le peuple Elamite, Le roi Adad-Nirari Ier, Le roi Hammourabi


Cliquez ici pour envoyer un messageVous en savez plus !
Si vous avez d'autres informations, des corrections à apporter à cette page, n'hésitez pas !
Cliquez ici, et envoyez moi vos informations.

La page Facebook du site :
Page FaceBook du site De l'Aleph à l'@

La page Twitter du site :
Suivre le site De l'Aleph à l'@ sur Twitter

CSS Valide !