De l'Aleph à l'@ > Les Hommes/Peuples > Peuple > Nahuas

Le peuple Nahuas

Indiens Aztèques des régions centrales et orientales du Mexique.
Les Nahuas, dont le nombre s'élevait à 1 197 328 au recensement mexicain de 1990, représentent près de 23 % de la population du Mexique, soit le groupe indien le plus important du pays. Bien que d'une manière générale, les Nahuas utilisent le nom de Mexicano lorsqu'ils parlent d'eux-mêmes ou de leur langue, c'est le mot Nahua qui est habituellement employé pour désigner ce peuple et sa culture. Le terme Nahuatl (bon langage) s'applique à leur langue.
Le Nahuatl appartient à la famille Uto-Aztèque, qui comprend également beaucoup d'autres langues indigènes parlées en Amérique du Nord. Le Nahuatl et les traditions culturelles Nahuas sont très répandus dans les États mexicains de Puebla, Veracruz, Tlaxcala, et dans certaines régions des États d'Hidalgo, de San Luis Potosi, Morelos et Guerrero. On trouve, en outre, des peuplements Nahuas plus dispersés dans l'État de Mexico, notamment dans les contreforts de la chaîne volcanique qui borde la plaine de Mexico, particulièrement riche en population. D'autres peuples, connus sous le nom de Pipiles, parlent également le Nahuatl ; ces derniers vivent en communautés éparses au Guatemala, au Salvador et au Honduras. Les Pipiles se sont massivement intégrés aux cultures dominantes de ces pays, mais les toponymes Nahuatl sont encore assez répandus dans les régions qu'ils ont habitées au cours des siècles.

À l'époque précolombienne :
À l'origine, les peuples parlant le Nahuatl ont quitté le nord pour émigrer vers la région centrale du Mexique. Aux environs du XIèmeème siècle de notre ère, ils étaient établis dans la vallée de Mexico. Des communautés Nahuas se sont également installées dans tout l'est du Mexique, provoquant le déplacement des populations qui y étaient implantées, notamment les Totonacs. Parmi ces groupes Nahuas, figuraient surtout les Aztèques ou Mexica. Dans les années 1400, l'Empire Aztèque se développa hors des limites de la vallée de Mexico pour englober la majeure partie des régions situées dans le centre et le sud du Mexique. Les Aztèques ont diffusé la langue Nahuatl par le biais des conquêtes militaires, de la colonisation et d'une administration impériale efficace. Néanmoins, certains groupes Nahuas ont conservé leur indépendance par rapport à l'Empire Aztèque : les Tlaxcallans, par exemple, qui parlaient la langue Nahuatl et vivaient pour la plupart dans ce qui est maintenant l'État de Tlaxcala, comptaient parmi les ennemis les plus acharnés de cet empire.

Après la conquête espagnole :
Durant la période de la colonisation Espagnole, de 1521 à 1820, les populations Nahuas ont décliné de façon spectaculaire, notamment en raison de changements sociaux et politiques aux implications profondes, du travail forcé que les colons exigeaient de ces peuples et du ravage des épidémies. L'administration coloniale rassemblait les reliquats de populations dispersées dans des peuplements nommés congregaciones (congrégations). Cette politique a été à l'origine de la création des communautés Nahuas que l'on trouve aujourd'hui, dont certaines se sont installées aux confins septentrionaux de l'Empire colonial Espagnol. Les Nahuas ont également été enrôlés par les Espagnols dans leurs expéditions pour la conquête d'autres contrées, comme le Guatemala par exemple. La constitution d'immenses domaines, ou haciendas, dans le courant du XIXème siècle s'est faite au détriment de nombreux Nahuas qui ont été dépossédés de leurs terres. Depuis la révolution mexicaine (1910-1920), dont le leader charismatique Emiliano Zapata était Nahua, le gouvernement a redistribué une partie de ces terres aux communautés indigènes sous forme d'ejidos, terrains agricoles communaux.

Aujourd'hui :
De nos jours, la plupart des Nahuas sont installés en marge des terres autrefois occupées par les grands États Nahuas de l'époque précolombienne. Ils sont généralement regroupés en communautés rurales et vivent de cultures traditionnelles, notamment celles du maïs, des haricots, des piments, des courges, et de divers fruits. Certains pratiquent également des cultures de rapport telles que le café et la canne à sucre, ou élèvent des bovins ou des ovins. D'autres travaillent comme ouvriers agricoles, dans des entreprises de construction, ou comme domestiques. Il existe également un artisanat Nahua, qui produit du papier fait à partir d'écorce de figuier et des vêtements tissés sur les fameux métiers traditionnels que le tisserand s'attache à la taille. Des négociants Nahuas diffusent les différents produits fabriqués dans leurs communautés par le biais de systèmes de commercialisation régionaux.
La vie sociale des Nahuas est, en principe, centrée sur le noyau familial. Les jeunes époux vivent chez les parents du marié pendant quelques années avant de fonder, en toute indépendance, leur propre foyer. Il est fréquent que les Nahuas assument tout au long de leur vie des responsabilités envers les enfants de leurs amis proches avec lesquels ils instaurent une relation de parrainage nommée compadrazgo (paternité ou maternité conjointe). En général, le compadrazgo est officiellement institué à l'occasion d'une cérémonie importante, telle que le baptême ou la confirmation.
Les grandes villes Nahuas comptent un certain nombre de familles mestizo, c'est-à-dire des familles d'ascendance à la fois Nahua et européenne. Ces mestizo tiennent souvent les rênes de la vie politique. En revanche, dans les communautés plus réduites, les leaders politiques sont généralement choisis parmi ceux qui ont servi le bien commun dans la hiérarchie civile et religieuse. Cette organisation permet à des individus de grimper dans l'échelle des fonctions politiques et des charges religieuses non rémunérées. Certains de ces postes, notamment les charges religieuses qui impliquent le patronage de saints, peuvent s'avérer extrêmement coûteux pour les personnes qui les occupent. Les 'sponsors' doivent, en effet, veiller à ce que les rites associés au saint soient correctement observés. Ils sont chargés de financer les festivités qui ont lieu le jour de la cérémonie, en fournissant nourriture et boisson en abondance et en payant les musiciens et les feux d'artifice.
Les croyances religieuses des Nahuas sont un mélange de traditions indigènes et de doctrines véhiculées par l'Église catholique romaine. Cet amalgame s'exprime notamment dans l'association du Soleil avec Jésus Christ et de la Lune avec la Vierge Marie. Les Nahuas possèdent une mythologie particulièrement riche qui décrit la création de l'Univers, explique les relations entre les êtres humains et les différentes créatures naturelles et surnaturelles, et fournit un code moral très détaillé. Dans certaines régions, les chamans et les devins jouent un rôle de médiateur entre les hommes et les mondes surnaturels. Même si peu de communautés ont un prêtre catholique permanent, la majeure partie possède, en général, une église ou une chapelle. Depuis les années soixante-dix, de nombreux Nahuas se sont convertis au protestantisme, alternative séduisante au catholicisme qui, sur un plan ethnique, demeure associé aux mestizos.


Logo de la date de modification 06/06/2021 Logo du nombre de vues 1 962 vues

Bookmark and Share


Ce peuple/homme utilise l'écriture suivante :
  Nahuatl

Ce peuple/homme utilise la langue suivante :
  Nahuatl


Cet élément est cité dans les 3 articles suivants :

Les Langues : Langue Nahuatl : Généralités

Les Hommes/Peuples : Le peuple Chichimèque, Le peuple Tépanèque


Cliquez ici pour envoyer un messageVous en savez plus !
Si vous avez d'autres informations, des corrections à apporter à cette page, n'hésitez pas !
Cliquez ici, et envoyez moi vos informations.

La page Facebook du site :
Page FaceBook du site De l'Aleph à l'@

La page Twitter du site :
Suivre le site De l'Aleph à l'@ sur Twitter

CSS Valide !