De l'Aleph à l'@ > Les Hommes/Peuples > Dynastie > Omeyade

La dynastie Omeyade

Le peuple Omeyade ou Umayyades (en Arabe Umawi), dynastie de califes Arabes, fondée par Mu awiya descendant d'Omeya, membre du même clan que Mahomet, qui régna sur l'empire Musulman de 661 à 750 puis, de 756 à 1030, sur l'Espagne. Bons administrateurs, grands conquérants, les Omeyades furent aussi de remarquables bâtisseurs qui développèrent l'urbanisation.
Le centre de la puissance des Omeyades et le siège de leur califat se situait en Syrie, et leur cour se trouvait à Damas. Grands bâtisseurs, les Omeyades élevèrent de nombreux monuments dans les villes de leur empire : le calife Omeyade le plus connu est probablement Abd al-Malik (685-705), qui construisit le dôme du Rocher, à Jérusalem, fit frapper la première monnaie musulmane et inaugura l'utilisation de la langue Arabe dans les affaires de l'État. La Grande Mosquée de Damas (édifiée sur l'ancienne basilique Byzantine Saint-Jean) et la mosquée al-Aqsa de Jérusalem sont des constructions Omeyades, et les ruines d'un certain nombre de leurs palais et pavillons de chasse subsistent toujours dans le désert de Syrie.
La dynastie agrandit considérablement le territoire de l'empire musulman, conquérant la plaine de l'Indus (710-713), la Transoxiane (709-711) et l'Espagne (711-714), mais échoua plusieurs fois aux portes de Constantinople (actuelle Istanbul), capitale de l'Empire Byzantin. En 750, les Omeyades contrôlaient un territoire qui s'étendait du Maroc et de la plus grande partie de l'Espagne, aux frontières de la Chine et de l'Inde du Nord.
Pendant cette période, l'islam, tant au plan de la religion que de la civilisation, connut d'importants développements. C'est alors que commencèrent à prendre forme les deux principales écoles islamiques actuelles, l'islam sunnite et l'islam chiite. Les Omeyades et l'élite Arabe qu'ils représentaient considéraient l'islam comme une religion réservée aux Arabes, et étaient généralement opposés à ce que les peuples non Arabes qu'ils avaient conquis se convertissent à leur religion. La seule façon qu'avaient ces derniers d'obtenir la conversion, ce qui leur permettait théoriquement d'échapper à certaines taxes, était de devenir «clients» (mawali) des Arabes, ce qui impliquait de changer de nom et d'identité, sans pour autant être considéré comme l'égal d'un Arabe.
Aux yeux de bien des membres de l'empire, les dirigeants Omeyades, à quelques exceptions près, n'étaient pas de vrais musulmans ; il leur était fait grief de plus se tourner vers les valeurs temporelles que spirituelles, et de ne pas ouvrir la religion musulmane à tous, la réservant aux seuls Arabes. Les conflits d'opinions sur ce qu'était ou devait être l'islam jouèrent un rôle important dans l'opposition croissante que rencontra le califat des Omeyades chez les musulmans, qu'ils soient ou non arabes. Ces conflits façonnèrent aussi l'image négative dont souffrent les Omeyades dans la tradition historique musulmane. Ainsi, selon celle-ci, Mu awiya est accusé d'avoir dérobé le califat à Ali ibn Abu Talib, le gendre du prophète Mahomet, et le fils et successeur de Mu awiya, Yazid, est tenu pour avoir été responsable de la mort, en 680, du fils d'Ali, Hussein, à Kerbela (Irak). En règle générale, les califes Omeyades sont dépeints, selon cette tradition, comme des dirigeants tyranniques, qui, peu préoccupés par les intérêts de l'islam, ne recherchaient que la puissance et écrasaient les musulmans pieux qui se mettaient en travers de leur chemin. On ne leur accorde généralement pas le titre de calife, et on les considère plutôt comme des rois, au même titre que les souverains des terres non musulmanes. La tradition chiite rejette totalement la légitimité des Omeyades, alors que les sunnites ont une attitude plus nuancée. Les deux seuls califes Omeyades qui échappent à cette condamnation sont Umar ibn Abd al-Aziz (717 à 720), et à un moindre degré, Yazid ibn Walid, qui régna en 744.
La dynastie des Omeyades fut renversée en 750 par les Abbassides lors d'une révolte qui commença dans la province de Khurasan au nord-est de la Perse. Ayant débuté par des dissensions entre différentes factions de l'armée arabe, cette révolte fut alimentée par le mécontentement des musulmans, Arabes ou non, qui se sentaient exclus du pouvoir et de l'accès à la richesse en raison des méthodes politiques des Omeyades. Après la chute du califat, l'un des membres de la famille des Omeyades survivant au massacre dont elle fut l'objet (750), Abd al-Rahman Ier, parvint à rejoindre al-Andalus (nom de l'Espagne musulmane) et s'empara de Cordoue (756). Il se fit reconnaître souverain avec le titre d'amir (émir), fondant ainsi l'émirat de Cordoue. Cette lignée des Omeyades dirigea l'Espagne musulmane de 756 à 1030 ; à partir de 929, avec Abd al-Rahman III, qui ainsi s'affranchissait de l'autorité politique et religieuse de Bagdad, ces Omeyades Espagnols prirent le titre de calife. Le califat de Cordoue devint aux Xème et XIème siècles le siège d'une culture raffinée et s'érigea en rival de l'émirat de Bagdad. Le règne des Omeyades cessa en 1030, le califat fut dès lors divisé en petites principautés appelées les Reyes de Taifas.


Logo de la date de modification 06/06/2021 Logo du nombre de vues 2 052 vues

Bookmark and Share


Cet élément est cité dans les 15 articles suivants :

Les Hommes/Peuples : L'émir Abd al-Rahman Ier, La dynastie Abbadide, La dynastie Abbasside, La dynastie Fatimide, La dynastie Idrisside, La dynastie Rostémide, La dynastie Ziride, Le calife Abd al-Rahman III, Le peuple Byzantin, Le peuple Maure, Le peuple Tulunide, Le peuple Wisigoth, Muslim Abu, Peuple Arabe, Tamerlan


Cliquez ici pour envoyer un messageVous en savez plus !
Si vous avez d'autres informations, des corrections à apporter à cette page, n'hésitez pas !
Cliquez ici, et envoyez moi vos informations.

La page Facebook du site :
Page FaceBook du site De l'Aleph à l'@

La page Twitter du site :
Suivre le site De l'Aleph à l'@ sur Twitter

CSS Valide !