De l'Aleph à l'@ > Les Hommes/Peuples > Peuple > Vietnamien

Le peuple Vietnamien

Les Vietnamiens apparaissent pour la première fois dans l'Histoire à l'âge du bronze (civilisation Dông Son). Les tribus Viets, qui vivaient disséminées dans le sud de la Chine et au nord du Viêt Nam, auraient formé des royaumes dès la fin du IIème millénaire. D'après la tradition, le royaume Vietnamien de Van Lang a été fondé au cœur de la vallée du Sông Hông par une lignée de rois légendaires (Hông-Bang) qui régnèrent pendant des siècles. Les découvertes archéologiques ont confirmé son existence ainsi que le peuplement par les tribus viets des régions du delta du Sông Hông.
En 208 avant JC, sous la dynastie Chinoise des Qin, le Van Lang est absorbé par le royaume d'Âu Lac qui doit se soumettre à son tour à un royaume «cantonais», le Nam Viêt.

La domination Chinoise :
En 111 avant JC, l'empereur Wudi s'empare du Nam Viêt qui est intégré à l'Empire Chinois de la dynastie des Han. Les dirigeants Chinois décident d'intégrer politiquement et culturellement à l'empire le Nam Viêt, devenu la province du Giao Chi. L'afflux d'immigrants répand l'usage du Chinois, les coutumes, les techniques et provoque de violentes réactions de la part d'une partie de la population.
La révolte la plus célèbre a lieu en 39 avant JC, lorsque deux veuves d'aristocrates, les sœurs Trung, soulèvent le peuple contre les Chinois. Mais l'armée Chinoise réprime finalement ce sursaut national et, en 43 après JC, le Nam Viêt est reconquis.

Les dynasties nationales :
La révolte des sœurs Trung inaugure la première d'une longue série d'insurrections antiChinoises dans la région. Ce n'est qu'en 939 que les Vietnamiens, profitant des troubles politiques qui secouent la Chine, peuvent instaurer un État indépendant. La suzeraineté de la Chine est reconnue sous la forme d'un tribut et l'indépendance n'entraîne pas de rupture culturelle. Ly Thai-Tô (ou Ly Cong Uân) monte sur le trône au début du XIème siècle, établissant la dynastie des Ly qui régnera plus de deux cents ans (1010-1225).
Les Ly transfèrent la capitale à Thang Long (Hanoï) et l'État prend le nom du Dai Viêt. L'esclavage est aboli et le royaume se dote de provinces et d'une administration qui s'inspirent du modèle Chinois. Le confucianisme, introduit dès le IIème siècle après JC, demeure le fondement philosophique des institutions politiques de l'État.

L'expansion territoriale :
Les successeurs des Ly sont les Trân (1225-1413). Au cours de ces deux siècles, le pays doit résister, au nord, aux attaques des Chinois et, au sud, aux assauts des Chams. Au XIIIème siècle, sous la dynastie des Yuan, l'Empire Mongol conquiert la Chine et les armées de Kubilaï Khan attaquent le Dai Viêt par trois fois. Les Vietnamiens les repoussent de justesse à Bach Dang en 1288.
Pendant des siècles, le Dai Viêt est limité à la région du Sông Hông et aux plateaux adjacents. Le développement du pays l'amène à entamer une lente progression vers le sud, sur les territoires du royaume de Champa, la puissance dominante en Annam pendant un millénaire. Les Chams, indianisés, résistent longuement aux Vietnamiens jusqu'au XVème siècle. Mais, en 1471, la capitale Cham, Vijaya, près de Ða Nang, est envahie par les troupes Vietnamiennes, qui détruisent pratiquement le royaume.
Pendant plusieurs décennies, le Dai Viêt poursuit sa progression vers le sud, gagnant ainsi les plaines marécageuses du delta du Mékong. Les Vietnamiens y affrontent un nouvel ennemi, le royaume Khmer. Cependant, au XVIème siècle, ce royaume est sur le déclin et n'oppose guère de résistance à l'invasion Vietnamienne. Vers la fin du XVIIème siècle, le Dai Viêt contrôle la zone inférieure du delta du Mékong et commence à progresser vers l'ouest, menaçant de transformer l'État Khmer désintégré en un simple protectorat.

La dynastie des Lê :
Tandis que l'avancée Vietnamienne se poursuit au sud, le nord du pays doit faire face à de nouveaux défis. En 1407, les Chinois reprennent pied au Dai Viêt et, pendant deux décennies, la dynastie des Ming occupe le nord du pays en menant une politique de terreur qui lui aliène tout soutien populaire. En 1418, un seigneur du Thanh Hoa, Lê Loi, prend la tête d'une insurrection nationale et accule les Chinois, assiégés dans Hanoï, à signer la paix. Lê Loi monte sur le trône en tant que premier empereur de la dynastie des .
Au XVIème siècle, la dynastie commence à décliner. En effet, deux clans féodaux rivaux, les Trinh et les Nguyên, se disputent le pouvoir. Depuis 1620, les Nguyên ont pour capitale Huê. En 1627, les hostilités commencent et le Dai Viêt se trouve divisé en deux.
La rivalité entre le nord et le sud est encore exacerbée par les puissances européennes, nouvellement arrivées en Asie du Sud-Est avec la ferme intention de trouver de nouvelles richesses à exploiter et de convertir de nouvelles âmes au christianisme. Ainsi, des marins Portugais ont débarqué en 1516 et, au XVIIème siècle, la Cochinchine est devenue une base marchande importante. Mais le succès des nouveaux arrivants effraie les dirigeants Vietnamiens qui prennent des mesures de proscription contre les missionnaires et les marchands, comme en Chine et au Japon. Les hostilités entre les Trinh et les Nguyên cessent en 1674. L'appui des Portugais et le grand commerce maritime font de la Cochinchine, arrachée au Cambodge et annexée en 1698, la région la plus dynamique du Dai Viêt.
La dynastie des s'effondre sous les coups de la grande révolte Tây Son. En 1771, les paysans du Binh Dinh, conduits par trois frères, les Tây Son, se révoltent et chassent les Nguyên. Dès 1778, l'aîné des trois frères, Nhac, se proclame empereur et prend le titre de Thai Duc. Au nord, les Trinh, en pleine décadence, cèdent également la place. Le plus jeune des trois frères Tây Son, Huê, monte sur le trône en 1788 sous le nom de Quang Trung. Il meurt peu après.

La colonisation Française :
C'est dans les années 1620-1630 que les premiers missionnaires Français arrivent en Indochine. Le jésuite Alexandre de Rhodes organise une mission au Tonkin avant d'être expulsé pour avoir fait imprimer un catéchisme en écriture romanisée Guôc Ngu. La fondation de la Société des missions étrangères, en 1664, amplifie le mouvement. Lorsqu'en 1784 le prince Nguyên Anh se réfugie à Bangkok, il y rencontre Mgr Pierre Pigneau de Béhaine (1741-1799), vicaire apostolique de Cochinchine. Persuadé de l'intérêt d'aider le prince héritier, le prélat convainc Louis XVI de signer un traité d'alliance (1787) avec Nguyên Anh et revient avec des navires et une troupe de mercenaires. Son aide permet au jeune prince de battre ses adversaires Tây Son. En 1801, il s'empare de Huê et, en juillet 1802, il entre dans Hanoï et devient empereur sous le nom de Gia Long.
Le Dai Viêt est rebaptisé Viêt Nam en 1804. L'État, épuisé par des décennies de guerres, est restauré par Gia Long et ses successeurs : Minh Mang (1820-1840) et Thieu Tri (1840-1847). La fiscalité, la justice (code Gia Long de 1812), l'armée sont réformées et de grands travaux sont entrepris, comme le percement de la route mandarine reliant la frontière Chinoise au Cambodge. Parallèlement s'opèrent les transformations annonciatrices des grands bouleversements que va connaître le Viêt Nam au XXème siècle. Les commerçants et les missionnaires Français se réinstallent, mais des persécutions à leur encontre et contre les Vietnamiens convertis se multiplient.
Sous l'impulsion du ministre de la Marine et des Colonies, Chasseloup-Laubat, et des milieux catholiques, le gouvernement de Napoléon III décide une intervention. L'Espagne et la France attaquent alors Ða Nang (Tourane) en 1858 et s'en emparent. Mais un échec devant Huê amène les Espagnols à se retirer. En 1862, par le traité de Saïgon, la cour de Huê cède à la France plusieurs provinces dans le delta du Mékong, dont la Cochinchine orientale. En 1867, la totalité de la province est annexée par la France.
La IIIème République achève la conquête commencée sous le second Empire. Après deux échecs au Tonkin, en 1883, Huê et le delta du Sông Hông (fleuve Rouge) sont occupés, et deux traités sont signés en août 1883 et en juin 1884 : le Tonkin et l'Annam deviennent des protectorats Français.

Le gouvernement colonial et résistance :
Le 9 juin 1885, par le traité de T'ien-tsin, la Chine doit, à son tour, reconnaître le protectorat Français sur le Viêt Nam, après une guerre Franco-Chinoise qui marque les années 1884 et 1885. Les autorités Françaises s'emploient à asseoir leur pouvoir et, en 1887, le Viêt Nam, le Cambodge (puis le Laos, en 1893) sont regroupés au sein d'une Indochine Française confiée à un gouverneur général. Paul Doumer qui occupe cette fonction de 1897 à 1902 en étendit les pouvoirs. La France prend en charge les finances, perçoit les impôts au nom de l'empereur du Viêt Nam ; le Conseil des ministres est présidé par le gouverneur général plaçant l'empereur sous une tutelle complète. En même temps commencent l'exploitation et la mise en valeur économique du pays.
Les nationalistes Vietnamiens, qui ont d'abord espéré une modernisation du pays sur un pied d'égalité, perdent vite leurs espoirs. La mise en valeur du pays ne profite qu'aux colons et à une clientèle Chinoise et Vietnamienne restreinte. Exclus à tous les échelons hiérarchiques de l'administration coloniale, les Vietnamiens ne bénéficient pas des libertés les plus élémentaires d'association et d'expression, malgré des réformes tardives qui sont toujours entravées par la société coloniale et l'administration.
Aucun exutoire politique n'est offert au peuple Vietnamien, à l'inverse de l'Inde, par exemple, où les mouvements nationalistes peuvent s'exprimer. Ce verrouillage politique entraîne l'émergence de mouvements radicaux, nationalistes et révolutionnaires. Un premier groupe, qui se cristallise autour du Parti nationaliste du Viêt Nam, créé en 1927, souhaite un rapprochement avec la Chine de Jiang Jieshi. En 1930, le Parti communiste Indochinois est fondé à Hong Kong, par le fils d'un lettré, Nguyên Ai Quôc, plus connu sous le nom d'Hô Chí Minh.

L'occupation Japonaise :
Jusqu'à la Seconde Guerre mondiale, l'action des groupes nationalistes ne rencontre qu'un écho limité. En septembre 1940, le Japon, aux prises avec la Chine, décide d'occuper militairement le Tonkin, tout en respectant la souveraineté Française. Les Japonais sont très vite perçus comme de nouveaux occupants et non comme d'éventuels libérateurs. En décembre 1941, les troupes Japonaises occupent le reste du pays. L'amiral Decoux continue de gouverner au nom de l'État Français (gouvernement de Vichy) jusqu'au 9 mars 1945.
Les cadres communistes qui ont échappé à la prison, comme Pham Van Dông et Vo Nguyên Giap, se réfugient à la frontière Chinoise où ils retrouvent Nguyên Ai Quôc. En mai 1941, ils fondent le Front pour l'indépendance du Viêt Nam (Viêt Nam Doc Lap Dong Minh Hoi) ou Viêt-minh. Leur programme donne la priorité absolue à la reconquête de l'indépendance du Viêt Nam.
Louvoyant entre les Japonais et les Chinois du Guomindang, le Viêt-minh profite du coup de force Japonais du 9 mars 1945 pour s'emparer des campagnes. Le 19 août 1945, le Viêt-minh s'installe à Hanoï et le 29 un gouvernement provisoire de libération nationale est formé avec comme conseiller suprême l'ex-empereur Bao Dai qu'on a pris soin de faire abdiquer quatre jours auparavant. Le 2 septembre 1945, l'indépendance de la «République démocratique du Viêt Nam» est proclamée par Hô Chí Minh.

La guerre d'Indochine :
Roosevelt étant favorable à la décolonisation, le Viêt-minh pense profiter de la neutralité bienveillante des États-Unis. À la conférence de Potsdam, en juillet 1945, il a été décidé que Chinois et Britanniques désarmeraient les soldats Japonais et occuperaient le pays jusqu'à un règlement. Mais la Grande-Bretagne, aux prises dans ses anciennes colonies avec les mêmes difficultés que la France, laisse les Français reprendre Saïgon. Dès le 24 mars 1945, une fédération Indochinoise est instituée au sein de l'Union Française ; elle comprend le Laos, le Cambodge, la Cochinchine, l'Annam et le Tonkin. L'arrivée, en octobre 1945, du général Leclerc permet de réoccuper Hanoï et de réaffirmer la souveraineté Française sur l'ensemble du Viêt Nam.
Pendant plus d'un an, les Français et le Viêt-minh négocient. Le 6 mars 1946, par l'intermédiaire de Jean Sainteny, la France reconnaît la République démocratique du Viêt Nam comme un État libre au sein de l'Union Française et de la Fédération Indochinoise ; mais le haut-commissaire en Indochine, l'amiral Thierry d'Argenlieu fait proclamer à Saïgon, le 1er juin 1946, une république autonome de Cochinchine, amenant le général Leclerc à démissionner. De nouvelles négociations se déroulent à Fontainebleau entre les mois de juillet et de septembre 1946, mais elles échouent.
En novembre 1946, l'impasse est complète et la pression militaire Française de plus en plus forte. Après l'assassinat de plusieurs Français à Haiphong (20 novembre), le bombardement de la ville par la flotte Française (23 novembre) et la riposte des forces du Viêt-minh à Hanoï (19 décembre), la guerre entre dans une nouvelle phase.
Les troupes du Viêt-minh se retirent des villes et limitent leurs opérations à des actions de guérilla, menées par le général Giap tandis que les Français forment un gouvernement avec l'empereur Bao Dai (accords du 5 juin 1948 et du 8 mars 1949). À partir de 1950, le Viêt-minh, bénéficiant des stocks de l'armée du Guomindang offerts par la Chine populaire, monte des opérations plus ambitieuses et inflige des pertes sévères au corps expéditionnaire Français, comme lors de la bataille de la route coloniale 4. Le redressement opéré à Hanoï, dans le delta tonkinois et à Hoa Binh, par le général de Lattre de Tassigny, en 1952, grâce notamment à la nouvelle aide Américaine, n'est qu'un répit de brève durée. Le lent grignotage des positions Françaises (dirigées par le général Salan, puis par le général Navarre) se poursuit jusqu'à l'ultime bataille de Diên Biên Phu (7 mai 1954).
Paris ne pouvant plus résister à la pression d'une opinion publique lassée par une guerre lointaine, le président du Conseil, Pierre Mendès France, et le représentant du Viêt-minh, Pham Van Dông, signent, à Genève, les 20 et 21 juillet 1954, les accords de cessez-le-feu. Le Viêt Nam est divisé en deux à la hauteur du 17ème parallèle ; dans le nord, l'administration est attribuée à Hô Chí Minh, à la tête de la République démocratique du Viêt Nam, État communiste. Un protocole prévoit des élections générales dans la zone sud, occupée par l'armée Française et les troupes Vietnamiennes de Bao Dai, avant le mois de juillet 1956, afin de décider si le Viêt Nam doit être réunifié.


Logo de la date de modification 03/06/2021 Logo du nombre de vues 2 044 vues

Bookmark and Share


Ce peuple/homme utilise les 3 écritures suivantes :
  Chu-Nôm, Latin, Vietnamien

Ce peuple/homme utilise la langue suivante :
  Vietnamien


Cet élément est cité dans les 5 articles suivants :

Les Langues : Langue Vietnamienne : Généralités

Les Hommes/Peuples : Le peuple Cham, Le peuple Hmong, Le peuple Li, Le peuple Mnong


Cliquez ici pour envoyer un messageVous en savez plus !
Si vous avez d'autres informations, des corrections à apporter à cette page, n'hésitez pas !
Cliquez ici, et envoyez moi vos informations.

La page Facebook du site :
Page FaceBook du site De l'Aleph à l'@

La page Twitter du site :
Suivre le site De l'Aleph à l'@ sur Twitter

CSS Valide !