De l'Aleph à l'@ > L'Imprimerie > Presses à cylindre > Machine à réaction Marinoni & Gaveaux

Machine à réaction Marinoni & Gaveaux

La presse Machine à réaction Marinoni & Gaveaux a été créée par Hippolyte Auguste Marinoni et son patron Alexandre Yves Gaveaux en 1847.
C'est à la suite d'une commande d'Émile de Girardin qu'H A Marinoni met sur châssis (en collaboration avec son patron A Y Gaveaux) une nouvelle presse dite à réaction (à retiration), à 4 cylindres (brevet n° 7585). Elle deviendra, jusqu'à l'arrivée de la rotative, la machine de tradition Française la plus répandue pour l'impression de la presse quotidienne. Cette première presse à réaction Française quadruplait la rapidité du tirage. Elle tirait près de 6 000 exemplaires de l'heure alors que le tirage moyen pour un quotidien de l'époque était de 3 000 exemplaires. Après des essais concluants à l'Imprimerie nationale en 1847, cette première machine à retiration à la Française fut installée au journal La Presse l'année suivante, dans l'imprimerie de Serrière qui imprime ce journal pour Girardin.

Cette machine à réaction servira de modèle à toutes celles fonctionnant à partir du même système qui seront construites par la suite, par les mécaniciens spécialisés pour la typographie.
La partie essentielle de son système, sur laquelle toute l'invention repose, consiste à opérer dans un premier temps, un moment d'arrêt dans la rotation des cylindres de registre intérieur, pendant le parcours de la feuille dans les cordons et avant de faire la retiration. Ce temps d'arrêt a pour résultat de permettre le tirage des formats les plus grands, sans donner à la machine une hauteur trop grande. Le temps d'arrêt permet aussi de faire sortir la feuille après son impression définitive par les mêmes cordons qui ont servi à l'introduire et qui l'amènent sous la table de marge supérieure en faisant opérer à la table un mouvement d'élévation pour permettre le passage de la feuille jusqu'à sa sortie sur la table de réception.
Dans un second temps, on supprime un moment une partie du développement de la machine dans son mouvement de va-et-vient nécessaire au parcours de la forme et de la rotation des cylindres. On obtient ce résultat en suppléant à la longueur des crémaillères placées sur le marbre une série d'engrenages et de roues intermédiaires fixées sur les axes des cylindres, ce qui leur communique un mouvement continu. Cette combinaison a l'avantage de raccourcir le développement de la machine de plus de deux mètres. Le diamètre que Gaveaux donna aux cylindres d'impression dans ce système permit de raccourcir encore ce développement. La machine produisait exactement 5 500 exemplaires à l'heure, du format des grands journaux de Paris.

Machine à réaction

Logo de la date de modification 01/06/2021 Logo du nombre de vues 1 895 vues

Bookmark and Share


Cliquez ici pour envoyer un messageVous en savez plus !
Si vous avez d'autres informations, des corrections à apporter à cette page, n'hésitez pas !
Cliquez ici, et envoyez moi vos informations.

La page Facebook du site :
Page FaceBook du site De l'Aleph à l'@

La page Twitter du site :
Suivre le site De l'Aleph à l'@ sur Twitter

CSS Valide !