De l'Aleph à l'@ > L'Imprimerie > Support > Papier

Le papier à partir de crottes d'éléphant

L'argent n'a pas d'odeur et ce n'est pas la société Maximus, une entreprise srilankaise spécialisée dans le recyclage de la crotte d'éléphant pour en faire du papier, qui démentira le proverbe.
Maximus affirme même avoir réussi à écouler un échantillon de sa production auprès du président Américain George W. Bush, de sa femme Laura et du secrétaire d'État Colin Powell.
La société traite deux tonnes de déjection de pachydermes par jour, tout juste assez pour alimenter une demande - croissante au Japon, en Europe et aux États-Unis - de ce papier composé à 75 % de la matière première animale et d'un quart de carton recyclé.
«Quand vous donnez une carte de visite imprimée sur papier à base de crotte, on y porte tout de suite le nez. Ça brise la glace», assure Thusitha Ranasinghe, patron de Maximus.
En fait, le papier désodorisé n'a plus de parfum. Mais, assure-t-il, un connaisseur peut dire ce que l'éléphant a mangé à l'examen des fibres.
Des exemplaires du papier en crotte d'éléphants ont été offerts, selon lui, à des poids lourds d'une autre sorte : les dirigeants Américains, lors d'une visite aux États-Unis en juillet 2002 du Premier ministre Srilankais de l'époque, Ranil Wickremesinghe.
L'entreprise peut surprendre mais les affaires marchent. Lancée en 1997, Maximus est passée de 7 à 122 employés et son chiffre d'affaires a atteint l'an dernier 19 millions de roupies (200 000 dollars).
L'accès à la matière première est facilité par la localisation de la société près d'un orphelinat d'État pour éléphants qui abrite une soixantaine d'animaux.
Dix kilos de leurs crottes produisent de 600 à 660 feuilles format A4, vendues au prix de 50 cents les six.
« 90 % de notre production est exportée, nous pourrions faire plus si nous avions davantage de papier », dit M. Ranasinghe.
Pour cela, il faudrait exploiter l'est et le nord du Sri Lanka où l'on trouve des éléphants en abondance mais qui sont contrôlés par les rebelles Tamouls. M. Ranasinghe a contacté les Tigres de libération de l'eelam tamoul et ne désespère pas de les convaincre de se recycler dans la production de papier.
L'entrepreneur imprime d'ailleurs des cartes de visite pour leur chef, Velupillai Prabhakaran, et ses lieutenants. Peut-être dans l'espoir secret d'en faire des «tigres de papier».

Les autres articles de cet élément :

Les supports : le papier

Les types de papier

Les formats du papier

Le papier numérique

Invention du papier

Le papier en Occident

Papier d'amate

La fabrication du papier

La mécanisation de la fabrication du papier

La pâte à papier


Logo de la date de modification 29/05/2021 Logo du nombre de vues 2 117 vues

Bookmark and Share


Cliquez ici pour envoyer un messageVous en savez plus !
Si vous avez d'autres informations, des corrections à apporter à cette page, n'hésitez pas !
Cliquez ici, et envoyez moi vos informations.

La page Facebook du site :
Page FaceBook du site De l'Aleph à l'@

La page Twitter du site :
Suivre le site De l'Aleph à l'@ sur Twitter

CSS Valide !