De l'Aleph à l'@ > L'Imprimerie > Composition > Linotype

Le fonctionnement d'une Linotype







1. - La structure

La structure de la linotype comprend trois opérations principales :

  • la composition,
  • la fonte,
  • la distribution.
  • 2. - La composition

    Les organes de la composition sont formés d'un magasin, d'un clavier, d'un assembleur et d'un composteur.
    Le magasin comprend autant de canaux (91) qu'il y a de touches sur le clavier. Chaque canal contient plusieurs matrices de la même sorte. Les matrices descendent par leur propre poids, le magasin étant incliné.
    Une machine peut avoir de un à quatre magasins, et même quelques magasins auxiliaires pour la composition des gros corps. Les matrices, en alliage à base de laiton, sont poinçonnées sur une des tranches ; sur l'autre, la lettre est indiquée afin de permettre la lecture de la ligne dans le composteur. Les matrices portent deux gravures de la même lettre, une en romain, l'autre en italique ou en gras. Il est possible de combiner ces deux yeux dans la même ligne, grâce à un dispositif de rails mobiles fixé dans le composteur.
    La matrice, à son sommet, est évidée en forme de V ayant un système de denture différent pour chacune des sortes. Ces dents permettent à la matrice d'être suspendue et de glisser sur une barre à nervures lors de la distribution. Des «oreilles» et «talons» correspondent au mécanisme d'échappement du magasin et servent à la conduite des matrices dans leur circuit.

    le clavier

    Le clavier comprend toutes les sortes d'un caractère ainsi que les blancs fixes (cadratin, demi-cadratin et espace fine).
    À gauche du clavier, il y a la touche des espaces-bandes. Cette espace permet la justification. Elle est formée de deux parties coniques coulissant l'une dans l'autre. En remontant, les espaces-bandes écartent légèrement les matrices et serrent la ligne dans l'étau qui la maintient devant le moule.
    Pour composer, l'opérateur appuie légèrement sur une touche et fait tomber une matrice, par l'intermédiaire d'une tringle commandée par une came excentrique. La tringle actionne le dispositif d'échappement situé sous l'ouverture inférieure du magasin.
    La matrice libérée tombe sur une courroie à mouvement continu et arrive rapidement à l'entrée du composteur, où une petite molette la pousse à l'intérieur. La composition s'effectue jusqu'à ce que le composteur soit à peu près rempli. Un timbre avertisseur ou une échelle graduée signale que la ligne est bientôt terminée. II faut alors décider de l'augmentation ou de la diminution des espaces de la ligne, éventuellement couper le mot. Les lignes courtes de fin d'alinéa sont complétées par des cadratins.
    Un dispositif automatique permet de fondre des lignes courtes, à gauche, à droite ou au centre, sans l'apport des cadratins et espaces. La ligne composée, l'opérateur l'expédie en appuyant sur la poignée d'envoi et continue de composer ; il ne s'occupe plus de la suite des opérations : elles sont automatiques.
    Cette machine permettait une productivité de 6000 signes à l'heure contrairement à la composition manuelle pour laquelle le compositeur produisait 1000 à 1300 signes à l'heure.

    3. - La fonte

    Le dispositif de fonte comprend essentiellement un creuset, un piston et une roue-moule portant quatre et même six moules.
    Le moule est formé de deux parties, vissées l'une contre l'autre, ayant entre elles des cales ménageant une fente dans laquelle la ligne est fondue. Il y a des cales pour la force de corps (c. 6 à 48) et d'autres pour la justification (de 4 à 28 cicéros et même jusqu'à 40 cicéros). Les gros corps sont fondus dans un moule squelette.
    Lorsque l'opérateur appuie sur la poignée d'envoi, celle-ci soulève le composteur et présente la ligne composée à un appareil transporteur qui la conduit dans la tête du premier élévateur, lequel apporte la ligne devant le moule. La ligne est maintenue dans les mâchoires d'un étau alors qu'une barre, appelée marteau, pousse les espaces-bandes vers le haut pour la justification. C'est à ce moment que la roue moule s'approche et ajuste l'ouverture du moule à œil des matrices.
    Le piston du creuset descend dans sa cheminée et chasse violemment le plomb en fusion, à travers la bouche, contre la ligne de matrices. Le plomb prend l'empreinte de la ligne, puis se fige instantanément.
    La roue-moule s'écarte du creuset et exécute trois quarts de tour ; cette rotation permet d'abord à un couteau fixe de raboter le pied de la ligne de plomb, afin de lui donner la hauteur standard du caractère, et ensuite d'amener cette ligne devant l'appareil d'éjection. L'éjecteur, mince plaque d'acier, expulse la ligne hors du moule et la fait passer entre deux couteaux parallèles, l'un fixe, l'autre réglable, qui l'ébarbent sur les deux côtés et lui donnent l'exacte épaisseur du corps. La ligne est terminée, elle se range dans la galée. Au moment où la roue-moule s'écarte du creuset, immédiatement après la fonte, un premier élévateur remonte les matrices et espaces-bandes jusqu'à une coulisse où descend se poser un deuxième élévateur. Tandis que les espaces-bandes reprennent place dans leur boîte, les matrices sont transférées sur le deuxième élévateur qui, à son tour, les conduit au-dessus du magasin, afin d'être distribuées.

    4. - La distribution

    La distribution des matrices est la partie la plus originale de la Linotype.
    Les matrices passent d'abord dans une boîte de distribution où, grâce à des combinaisons de pied différentes correspondant chacune à un «u pont», elles sont sélectionnées et dirigées au-dessus du bon magasin, quand la machine est équipée de plusieurs caractères. Elles sont poussées une à une sur la barre de distribution, qui est munie de rainures.
    Par leurs dents, les matrices sont suspendues à cette barre, le long de laquelle elles sont entraînées par des vis sans fin, jusqu'au moment où la combinaison formée par les dents correspond à certains vides des rainures de la barre : n'étant alors plus suspendues, elles tombent aussitôt dans le canal qui leur est affecté.
    Tous les mouvements de la machine, mis à part la composition et l'envoi de la ligne, sont automatiques et commandés par un jeu de cames excentriques.

    Fonctionnement d'une linotype

    Les autres articles de cet élément :

    La Linotype

    Un peu d'histoire sur la Linotype

    Une présentation de différents modèles de Linotype


    Logo de la date de modification 06/06/2021 Logo du nombre de vues 2 723 vues

    Bookmark and Share


    L'actualité liée à cet article est la suivante :

    Fonctionnenemt d'une linotype, intertype et télétype : Vidéo très complète et détaillée sur le fonctionnement de ces machines (30/05/2021)


    Logo des machines de l'imprimerie

    Du même constructeur :

    Band Machine, Blower, Machine à bandes, Rotary Matrix Machine


    Cliquez ici pour envoyer un messageVous en savez plus !
    Si vous avez d'autres informations, des corrections à apporter à cette page, n'hésitez pas !
    Cliquez ici, et envoyez moi vos informations.

    La page Facebook du site :
    Page FaceBook du site De l'Aleph à l'@

    La page Twitter du site :
    Suivre le site De l'Aleph à l'@ sur Twitter

    CSS Valide !