De l'Aleph à l'@ > L'Imprimerie > Composition > Brackelsberg

Brackelsberg

Le capitaine Brackelsberg, originaire de Westphalie, n'était pas typographe. C'est en garnison, en faction devant une imprimerie, qu'il a eu l'idée d'accélérer le travail du typographe. Après 10 ans d'efforts, sa machine, présentée à Paris en septembre 1882 (un prototype en bois avait été montré un an auparavant), était proposée au prix de 5 000 francs. Elle resta en fonctionnement pendant une semaine au Cercle de la Librairie.
On voit sur le dessin deux mécanismes analogues, l'un en bas de la machine, l'autre en haut. Le premier sert à la composition : l'ouvrier, qui actionne la pédale, déplace un curseur (sous le porte-copie) et l'arrête devant chaque lettre à composer. Il déclenche alors l'ouverture d'un canal, d'où s'échappe une lettre, qui glisse vers la galée. Le poids sur la gauche sert à pousser les lignes terminées sur le côté de la galée.
Un deuxième opérateur, debout sur la table, actionne la distribution : à chaque lettre présentée par l'appareil, il fait correspondre le conduit adéquat, et remplit ainsi le magasin à caractères.
Cette machine est originale parce qu'elle n'utilise pas de clavier pour appeler les lettres, mais elle reste tributaire des caractères mobiles traditionnels. Il ne semble pas qu'elle ait eu d'application commerciale.


Logo de la date de modification 02/06/2021 Logo du nombre de vues 2 473 vues

Bookmark and Share


Cliquez ici pour envoyer un messageVous en savez plus !
Si vous avez d'autres informations, des corrections à apporter à cette page, n'hésitez pas !
Cliquez ici, et envoyez moi vos informations.

La page Facebook du site :
Page FaceBook du site De l'Aleph à l'@

La page Twitter du site :
Suivre le site De l'Aleph à l'@ sur Twitter

CSS Valide !