De l'Aleph à l'@ > L'Imprimerie > Composition > Lagerman

Lagerman

Cette machine est aussi appelée la Suédoise, Typotheter and justifier, Universal Typesetter ou Chadwick Typesetter et fut créée par Alexander Lagerman.
Alexander Lagerman était mécanicien-chef de la fabrique d'allumettes de Jönköping (Suède).

 


Le Typotheter

La machine à justifier

La première, de conception très originale, permet d'accélérer la composition. Dans son système, la casse est conservée. L'appareil à composer (le typotheter) se fixe sur le rang. L'ouvrier saisit les caractères dans la casse comme d'habitude, mais avec les deux mains, et sans se soucier du sens ! Il jette en vrac (mais dans l'ordre, bien sûr) les lettres dans une espèce d'entonnoir. Là, des pinces palpent les caractères un à un et les retournent pour les mettre en position. On a prévu un cran spécial pour que la machine reconnaisse facilement le sens des lettres. Celles-ci vont ensuite se ranger, en passant par un canal courbe, sur le composteur qu'on voit dépasser à gauche. Une sonnerie avertit de l'approche de la fin de ligne, et l'ouvrier glisse alors un cadratin métallique plus haut que les caractères, repère utilisé pour disposer les lignes dans la galée. L'appareil peut utiliser du corps 8, 9, 10, 11 ou 12.

Lorsque la galée est pleine, on la porte à l'appareil à justifier, qui constitue la seconde machine, remarquable par sa conception mécanique, et qui reprenait l'invention de C.W. Felt (dans laquelle des espaces provisoires étaient remplacées par des espaces de plus en plus larges).

Le plateau à rainures, chargé de lignes de longueurs inégales, glisse de droite à gauche. À l'aide du levier situé en bas à gauche, l'ouvrier saisit une ligne entre deux mâchoires mobiles. En tournant le volant placé à droite, qui actionne l'ensemble de la machine, il fait remonter la ligne vers la galée de réception (qu'on aperçoit, partiellement remplie, plus haut). En chemin, la ligne rencontre un index qui, après chaque mot, déclenche un petit repoussoir, lequel fait tomber les espaces provisoires et leur substitue des espaces provenant de trois réservoirs (fines, moyennes, fortes). L'ouvrier justifieur fait échapper ces espaces en nombre suffisant, en réglant l'ouverture d'un tiroir gradué, d'après les indications d'un cadran situé à gauche.
La distribution se fait de façon classique, manuellement. Toutefois, les espaces sont triées par un troisième appareil, dans lequel on les fait glisser une à une.

Construit en Angleterre et présenté en France à l'Exposition universelle de 1889, le Typotheter and justifier était soutenu en France par MM. Berthier et Durey, qui avaient créé un petit rabot permettant de créer sur les caractères traditionnels le cran nécessaire au fonctionnement du système.
On considérait que la machine à justifier pouvait suivre la production de 4 machines à composer ; celles-ci quadruplaient la production de l'ouvrier, en fournissant chacune 4 000 à 5 000 lettres à l'heure, au lieu de 1 100 en moyenne en levant les lettres de façon traditionnelle. L'ensemble des 4 typotheters et d'1 justifier coûtait 8 500 F (le millier de signes était alors payé à l'ouvrier, en composition manuelle, entre 0,35 F et 0,70 F).
Le système Lagerman, très remarqué à son arrivée en France, fut commandé par plusieurs imprimeurs. Un exemplaire au moins fonctionna quelque temps à Paris.

Une machine attribuée à M. Winder, en 1871, aurait déjà utilisé le principe de l'entonnoir dans lequel l'ouvrier, des deux mains, peut envoyer les caractères qu'il a prélevés dans un appareil à composer. Et les frères Foucher, en 1880, intègrent également un entonnoir (en mouvement rotatif) dans leur appareil.


La machine à composer Lagerman

Signalons que la revue La Nature, en 1885, publia la description d'une machine à composer Lagerman, très différente puisque réunissant sur un même appareil composition, justification et distribution, et dans lequel les caractères sont stockés dans des canaux verticaux. Cette machine aurait été présentée aux imprimeurs de Paris. Il semble que ce soit un premier essai de l'inventeur, qui aurait ensuite, devant la fragilité de sa machine, imaginé un procédé à la fois plus original et plus simple.


Logo de la date de modification 04/05/2021 Logo du nombre de vues 1 580 vues

Bookmark and Share


Cliquez ici pour envoyer un messageVous en savez plus !
Si vous avez d'autres informations, des corrections à apporter à cette page, n'hésitez pas !
Cliquez ici, et envoyez moi vos informations.

La page Facebook du site :
Page FaceBook du site De l'Aleph à l'@

La page Twitter du site :
Suivre le site De l'Aleph à l'@ sur Twitter

CSS Valide !