De l'Aleph à l'@ > Le Glossaire > Non-classé > Paléographie

Paléographie

La paléographie (du Grec palaios, ancien et graphein, écrire) est l'étude des textes manuscrits anciens, indépendamment de la langue utilisée (Grec ancien, Latin, Latin médiéval, ancien Français, etc.)
La paléographie est une discipline préalable à la philologie, qui se caractérise surtout par deux difficultés : d'une part, la graphie d'une même écriture ayant constamment évolué (écriture caroline, écriture gothique, etc.), il faut savoir déchiffrer les caractères qui constituent les textes de ces manuscrits. D'autre part, les manuscrits comportent nécessairement des abréviations servant à gagner de la place — à raison d'une peau de mouton par page, il fallait posséder un beau troupeau pour produire une Bible, même abrégée. Le paléographe doit donc connaître les abréviations courantes. L'esperluette, par exemple, est à l'origine l'une de ces abréviations, comme le tilde.
Ces connaissances permettent au paléographe de transcrire le document, c'est-à-dire d'en produire une copie moderne en rétablissant les abréviations. Ce travail est particulièrement important pour les textes en Latin car les abréviations portent fréquemment sur les finales, or la déclinaison du mot Latin se particularise par l'usage de finales différentes.

Le paléographe fournit des éditions critiques et philologiques de textes à partir de sources anciennes (il ne faut pas perdre de vue que par «textes anciens», on entend des textes tout autant antiques que médiévaux, sachant que l'écrasante majorité des textes antiques nous ont été transmis, indirectement, par les scribes médiévaux). Quand il n'existe qu'une seule source, son travail se limite à une transcription.
Dès que plusieurs sont disponibles (ce qui est souvent le cas pour des textes et auteurs célèbres), il lui faut aussi établir la généalogie des manuscrits, c'est-à-dire déterminer quels sont les plus anciens et quels sont les copies de ces premiers manuscrits : on entre là dans la philologie proprement dite. En effet, le travail du copiste médiéval a entraîné de très nombreuses erreurs et les sources ne sont presque jamais identiques. Son édition devra, autant que faire se peut, retrouver le texte original, ce qu'il obient en confrontant toutes les variantes des textes (on parle aussi de «leçons»), sachant que les copies (et les copies de copies) sont généralement plus fautives (erreurs du copistes telles que des mots mal écrits, des lignes sautées, des mots répétés, d'autant plus fréquentes quand le copiste ne maîtrise pas la langue du manuscrit qu'il a recopié), parfois émaillées d'interpolations (ajouts au texte qui ne sont pas forcément signalés comme tel), de scholies et autres modifications.
Au final, son édition est une synthèse de ce qu'il considère être la version la plus juste. Une édition critique se compose donc du texte considéré original et, pour les éditions universitaires, d'un apparat critique et de notes indiquant les autres leçons des manuscrits utilisés, le plus souvent rédigées sous forme d'abréviations. On trouve aussi dans le texte lui-même les indications typographiques signalant les lettres difficilles à lire (signalées par le point souscrit), les lacunes (signalées par l'astérisque), les interpolations (par l'obèle), les passages supprimés (par les crochets), et ceux ajoutés (par les chevrons).
Actuellement, le travail de transcription ayant souvent déjà été fait, les éditeurs de textes anciens peuvent se contenter de la partie philologique proprement dite de confrontation des sources.

La paléographie doit être distinguée de l'épigraphie, l'étude des inscriptions, qui, elles, peuvent remonter à la plus haute Antiquité. La papyrologie, quant à elle, est une discipline-fille de la paléographie, qui se distingue par le support (papyrus contre codex manuscrits), plus fragile et bien moins lisible à cause des dégâts du temps.


Logo de la date de modification 05/06/2021 Logo du nombre de vues 2 058 vues

Bookmark and Share


Cliquez ici pour envoyer un messageVous en savez plus !
Si vous avez d'autres informations, des corrections à apporter à cette page, n'hésitez pas !
Cliquez ici, et envoyez moi vos informations.

La page Facebook du site :
Page FaceBook du site De l'Aleph à l'@

La page Twitter du site :
Suivre le site De l'Aleph à l'@ sur Twitter

CSS Valide !