De l'Aleph à l'@ > Le Glossaire > Non-classé > Augment

Augment

Dans quatre langues Indo-Européennes (Grec, Sanskrit, Arménien et Phrygien), il existe un préfixe flexionnel invariable fonctionnant en paire avec des désinences normales et s'utilisant pour les temps du passé de l'indicatif ; on le nomme augment.

On considère qu'il existe deux formes d'augments, selon la nature du premier phonème du mot ou du radical.

Augment syllabique :
Il ajoute une syllabe au mot quand celui-ci commence par une consonne. En Grec, par exemple, l'imparfait se construit au moyen de l'augment -e et des désinences voulues, comme dans άμϐαν-ον e-lámban-on «je prenais» (imparfait de λαμϐάν-ω lambán-ô).

Augment temporel :
Dans les verbes à initiale vocalique, cependant, l'augment est asyllabique et consiste en un allongement de la première voyelle radicale (on parle d'un augment temporel ; c'est un cas de flexion interne) : ainsi en Sanskrit, l'imparfait du verbe as- «manger» (construit avec un infixe alternant -na- / -ni-) est as-na-m. Dans les faits, la dichotomie augment syllabique/augment temporel est secondaire : à l'origine, il n'existait qu'un augment syllabique. Lorsque le radical verbal commence par une voyelle, c'est par contraction que l'on obtient une voyelle longue (as-na-m provient simplement de *a-as-na-m).
On ne peut affirmer avec certitude que ce procédé est bien d'origine Indo-Européenne, vu qu'à part dans ces quatre langues, l'augment n'apparaît nulle part ailleurs. Il est possible de penser que l'augment était à l'origine une particule temporelle, qui s'est adjointe au verbe par univerbation.

Place de l'augment :
L'augment précède la racine et fonctionne comme un préverbe inséparable. Ainsi, dans un verbe composé, l'augment se place après d'éventuels préfixes. Par exemple :
- En Sanskrit : présent apa-bharati → imparfait apā-bharat, «il emportait» (c'est-à-dire *apa-a-bhar-at, avec Sandhi par contraction entre la voyelle finale du préverbe apa- et l'augment) ;
- En Grec : présent πο-φέρω apo-phérô → imparfait π-έ-φερον ap-é-pheron, «j'emportais» (avec élision de la voyelle finale du préverbe πο-apo- devant l'augment).

Classer l'augment parmi les préfixes est un point de vue qui ne remporte pas l'unanimité. Le procédé rappelle d'ailleurs le redoublement, qui soulève le même problème pour les langues Indo-Européennes.


Logo de la date de modification 14/07/2021 Logo du nombre de vues 1 824 vues

Bookmark and Share


Cet élément est cité dans l'article suivant :

Le Glossaire : Aphérèse


Cliquez ici pour envoyer un messageVous en savez plus !
Si vous avez d'autres informations, des corrections à apporter à cette page, n'hésitez pas !
Cliquez ici, et envoyez moi vos informations.

La page Facebook du site :
Page FaceBook du site De l'Aleph à l'@

La page Twitter du site :
Suivre le site De l'Aleph à l'@ sur Twitter

CSS Valide !